[vc_row][vc_column][vc_column_text]

oreilles01En plongée, la compensation est l’action de rééquilibrage des pressions de part et d’autre du tympan quand celles-ci, celle de l’eau dans l’oreille externe et celle de l’air dans l’oreille moyenne, ne sont pas égales en raison de la variation de profondeur.

Plusieurs techniques permettent la compensation, dont les plus courantes sont les manœuvres de Valsalva, de Frenzel et la Béance Tubaire Volontaire ( BTV ).

Avantages et inconvénients des différentes méthodes de compensation

– Valsalva:

L’avantage incontestable de la manoeuvre de Valsalva est avant tout sa facilité de compréhension et d’exécution qui en fait la méthode d’équilibrage la plus couramment enseignée et pratiquée. La difficulté majeure réside dans le dosage de l’insufflation d’air : trop peu et la méthode est inefficace, trop fortement et il y a un risque de traumatisme du tympan ou de la chaîne des osselets avec possibilité de répercussions sur l’oreille interne.

De plus, l’hyperpression pulmonaire occasionnée lors de la manoeuvre de Valsalva provoque des variations de la tension artérielle pouvant déclencher un réflexe syncopal.

C’est la technique la plus facile, accessible à tous, mais aussi la plus traumatisante pour les tympans.

La manœuvre de Valsalva

La technique consiste à obstruer les narines en les pinçant entre deux doigts et effectuer un effort d’expiration en comprimant ses poumons d’un mouvement sec et bref partant du ventre sans laisser échapper d’air par la bouche ni par le nez. L’ouverture des trompes d’eustache se manifeste par un petit claquement ou un petit sifflement.

– Frenzel :

Cette manoeuvre est moins facile à réaliser, mais, bien qu’elle présente les mêmes risques pour l’oreille moyenne que celle de Valsalva, elle élimine les dangers de surpression pulmonaire.

– BTV:

La béance tubaire volontaire est la méthode la plus douce. Néanmoins, elle est aussi la plus compliquée à enseigner et donc à assimiler. De plus, cette manoeuvre ne peut fonctionner que sur des individus ayant des trompes d’Eustache rectilignes et libres, ce qui n’est pas le cas pour tous les plongeurs.

La béance tubaire volontaire (BTV)

Cette technique consiste tout simplement à prendre conscience des muscles qui permettent d’actionner la trompe d’eustache et d’en commander l’ouverture. C’est la technique la plus difficile à pratiquer, mais la plus confortable. Malheureusement les techniques d’apprentissage n’existent pas (ou sont uniquement comprises par ceux qui savent déjà faire). Que la chance soit avec vous !!! et pour ne pas être fataliste :

Entraînement à la Béance Tubulaire Volontaire

Instructions générales
  • Redresser la tête plutôt que la baisser.
  • Tenir l’os hyoïde (petit os qui tient la pomme d’Adam) d’une main sans serrer trop fort et se mettre devant une glace afin de voir la pomme d’Adam.
  • Les exercices sont à faire de préférence le matin au réveil, à jeun ; observer un repos de 5 secondes entre les exercices.
  • La durée de cette gymnastique est de 1 mois, divisée en 4 périodes d’une semaine.

Exercices de la première semaine

Faire pendant une semaine, tous les matins à jeun, ces exercices trois fois, lentement, en observant entre chaque exercice un repos de 5 secondes.

A. Exercices avec la langue

  • Bouche grande ouverte, tirer la langue en avant de façon à toucher, avec la pointe de la langue, votre menton. Puis, toujours bouche grande ouverte, ramener la langue loin en arrière en laissant la pointe de la langue sur le plancher de la bouche. Pousser en arrière et en bas la base de la langue. Contrôler l’abaissement de l’os hyoïde qui doit alors être maximum, ainsi que la pomme d’Adam vue dans le miroir.
  • Bouche grande ouverte, mettre l’extrémité de la langue derrière les incisives supérieures et, avec la pointe de la langue, racler le palais vers l’arrière en essayant de toucher la luette.
  • Bouche grande ouverte, l’extrémité de la langue étant appliquée contre les incisives inférieures, sortir au maximum la langue de la bouche, la pointe de la langue restant toujours appliquée contre les incisives inférieures.

B. Exercices avec le voile du palais

  • Bouche grande ouverte, langue au repos dans la bouche, pratiquer un mouvement de déglutition s’arrêtant au stade de contraction du voile. Contrôler l’abaissement de l’os hyoïde. Cet exercice, le plus important, est réussi lorsque le début de déglutition provoque une nausée.

C. Exercices combinés avec des mouvements de la langue et du voile du palais

  • Bouche grande ouverte, la pointe de la langue appliquée contre les incisives inférieures, l’arrière de la langue étant poussé en bas et en arrière, pratiquer un mouvement de déglutition incomplet, s’arrêtant au stade de contraction du voile. Contrôle de l’efficacité de cet exercice. L’os hyoïde, abaissé par la poussée au bas et en arrière de la base de la langue doit être encore plus abaissé par le mouvement de déglutition incomplet arrêté au stade de contraction du voile.
Exercices de la deuxième semaine

Aux exercices A, B, et C, ajouter :

D. Exercices mandibulo – linguo – véliques

  • Bouche demi – fermée, mâchoire inférieure projetée en avant, l’extrémité de la langue reposant contre les incisives inférieures, la langue sortie au maximum hors de la bouche, faire un mouvement de déglutition incomplet arrêté au stade de la contraction du voile.

E. Exercices bouche fermée

  • Bouche fermée, pratiquer les exercices B, C, et D en insistant tout particulièrement sur l’exercice B.
Exercices de la troisième semaine

Pratiquer tous les exercices, mais sur un rythme rapide en insistant particulièrement sur l’exercice B, bouche fermée.

Exercices de la quatrième semaine

Faire les mêmes exercices, mais bouche fermée pour A, B, C et D en augmentant le nombre d’exercices du groupe E, soit bouche fermée :

  • 5 fois les exercices C, D et E
  • 10 fois l’exercice B.
Contrôle de l’efficacité

Pratiquer 2 fois par semaine la manœuvre de Valsalva (Souffler fortement bouche fermée et nez pincé). Puis effectuer l’exercice B, bouche fermée, et apprécier le nombre de contractions du voile nécessaire pour faire disparaître l’impression de plénitude de l’oreille.

Sources de l’article :
http://www.wikidive.com
http://www.yoga-aix.fr[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row]

Les pressions 2
Gilet Scubapro T-Black

Et voilà, j’ai manqué son anniversaire ! Voilà déjà plus d’un an qu’elle est avec moi, près d’une cinquantaine de plongées, et j’ai déjà oublié la date de son arrivée.

Mais bon ce n’est qu’une stab (je sais on dit un gilet stabilisateur, mais je ne sais pas pourquoi j’n’y arrive pas), enfin ma stab, la très pratique et très solide T-Black de chez Scubapro.

Si je ne vous en parle qu’aujourd’hui, c’est que j’ai préféré avoir quelques plongées avec, afin de vous en parler en toute objectivité et surtout avoir pu comparer avec d’autres. Car il faut bien que je vous l’avoue, c’est ma toute première stab.

Après avoir cherché pas mal sur internet, essayé dans différentes boutiques, différents modèles, dorsales, réglables, enveloppantes, j’ai demandé conseil auprès des sages de mon club, et chacun y a été pour sa stab ou marque préférée. Alors ne sachant plus trop ou j’en était, j’ai choisi de fme référer à une seule personnes, Fred, le responsable de ma dépendance à la plongée. Nous avons défini plus en détail mes besoins :

  • Un gilet solide.
  • Un gros volume.
  • Un très bon équilibre
  • Suffisamment d’anneaux en acier inoxydable
  • Des poches assez grandes et surtout facilement disponibles
  • Un bon inflateur
  • Des poches à plombs avec un système de fixation simple.
  • Et surtout confortable et pas trop encombrante…

 

Alors, ayant eu après pas mal de bons échos auprès de plusieurs encadrants plongeant toute l’année, Fred m’a plutôt dirigé vers la T-Black Scubapro. Et je dois dire que depuis que je l’ai, je ne l’ai jamais regretté. Je n’ai même qu’une seule chose à lui reprocher, c’est l’encolure, elle aurait méritée d’avoir un petit moleton, car sans combinaison il m’arrive de la sentir au niveau du cou, dommage. Sinon pour tout le reste elle est fantastique…
Fantastique pour :

  • Ses 7 anneaux en acier inoxydable (c’est pas que j’aime accrocher trop de choses, mais j’aime bien choisir où l’accrocher.
  • Son système d’attache rapide de la bouteille
  • Ses 4 poches (2 à droite, 1 à gauche et une petite devant) me permettant de placer mon parachute et tout le reste de façon très que tout reste très rapidement disponible.
  • Le très bon confort et la résistance des matériaux.
  • Les poches à plomb (2 derrière non détachables et 2 devant largables) faciles à fixer et ne se détachant pas suite à une fausse manoeuvre.
  • Le très bon inflateur (précis et rapide).
  • La facilité de réglage
  • L’équilibre et le fait que sous l’eau elle sait se faire oublier, quelque soit la position.

 

Seule petite chose sur laquelle je veux porter votre attention, c’est que les tailles taillent un peu large, donc attention à penser à essayer le gilet avant de commander, sous risque de mal commencer avec cet outils fantastique.

 

Pour choisir des palmes, il faut déjà définir pour quelles utilisations. Il y a trois grandes principales utilisations.

  1. Le snorkeling en egypte
  2. La plongée et nage en piscine , entrainement aux palmages et plongée en mer chaude
  3. La plongée sous marine en mer tempérée et froide

 

Pour le snorkeling, il existe de très bon kit palmes masque tuba qui séviront largements bien cette fonction chez Décathlon mais cela restera la seul bonne utilisation.
Pour la plongée piscine et plongée en mer chaude, vous pourrez choisir des palmes SOUPLES. Surtout, des palmes basiques, sans effets spéciaux techniques particuliers. Prendre des CHAUSSANTES et non des réglables. Elles doivent être légères, souples, il faut absolument les essayer, le pied doit être confortablement tenu mais pas serré, pas de contraintes localisées. Vous trouverez votre bonheur chez plusieurs marques, je ne citerai que 2 marques ici par expériences.
Chez mares les tre channel chaussantes et chez scubapro les potenza ou twin speed. Ce type de palmes vous permettront de vous entrainer en piscine au technique de palmage et de parfaire votre condition physique

 


Eviter :
 – De prendre des palmes de plongée trop rigides qui sont excellentes pour plonger mais pas pour palmer et nécessitent des « jambes » pour les emmener….de plus elles sont assez chères.Ensuite pour les plongées en mer froide, carrière et autre aventure, vous pourrez prendre des réglables
pour ma part j’ai 2 types de palmes, les souples chassantes pour la piscine et les réglables pour les

sorties en mer.

Elles seront rapide à chausser mais il vous faudra utiliser des bottillons avec. Pour ma part j’utilise des avanti quatro de chez mares.

De nos jours chez les grandes marques, vous trouverez des nouvelles formes de palmes : Les palmes fendues comme les twin speed. Elles sont aussi performantes que les autres. La différence se trouve dans la façon de palmer. Avec les palmes fendues, le palmage sera moins ample mais plus rapides.

Voilà bonnes plongées à tous.

[fusion_builder_container hundred_percent=”yes” overflow=”visible”][fusion_builder_row][fusion_builder_column type=”1_1″ background_position=”left top” background_color=”” border_size=”” border_color=”” border_style=”solid” spacing=”yes” background_image=”” background_repeat=”no-repeat” padding=”” margin_top=”0px” margin_bottom=”0px” class=”” id=”” animation_type=”” animation_speed=”0.3″ animation_direction=”left” hide_on_mobile=”no” center_content=”no” min_height=”none”][fusion_text]

Qui n’a jamais connu ce problème lorsque vous plongez deux à trois fois par jour en eau chaude ? votre tympan reste toujours humide et se transforme en bouillon de culture. Du coup, après quelques jours, vous commencez à avoir mal à l’oreille et vous devez arrêter de plonger ou commencer à utiliser des médicaments ( antibiotiques ou anti-inflammatoires ).
Hors il existe une solution toute simple pour éviter ce problème : il s’agit de gouttes désinfectantes que vous pouvez faire préparer dans n’importe quelle pharmacie :il s’agit d’une solution prescrite par un médecin toute simple, très efficace et sans aucun éffets secondaires. C’est une préparation composée d’alcool, d’acide borique et de glycérol.
Mode d’emploi : avant et après chaque plongée, rincez l’oreille à l’eau douce, séchez bien et versez quelques gouttes de cette préparation dans chaque oreille.
On peut ressentir une gêne et une sensation de picotement si l’oreille est déjà infectée, si l’on ne sent rien c’est que le tympan est sain .
Evitez d’utiliser les gouttes trop régulièrement car à la longue votre tympan ne sera plus immunisé contre les microbes. L’idéal est de les utiliser lorsque vous entamez une formation ou un séjour de plongée avec une ou deux plongées par jour.

Je me suis renseigné, c’est bien en pharmacie que c’est préparé, le nom exacte : Eau oxygénée boratée
les pharmaciens connaissent les doses. 🙂

Source de l’information :
Sur le site de Anse caraïbe plongée :  http://www.anse-caraibe-plongee-guadeloupe.org/

[/fusion_text][/fusion_builder_column][fusion_builder_column type=”1_2″ last=”yes” class=”” id=””][fusion_separator style_type=”none” top_margin=”25″ bottom_margin=”” sep_color=”” icon=”” width=”” class=”” id=””/][fusion_tagline_box backgroundcolor=”” shadow=”yes” shadowopacity=”0.7″ border=”1px” bordercolor=”” highlightposition=”right” content_alignment=”center” link=”” linktarget=”_self” modal=”” button_size=”small” button_shape=”square” button_type=”flat” buttoncolor=”” button=”” title=” D’après @ACrouz” description=”” animation_type=”0″ animation_direction=”down” animation_speed=”0.1″ class=”” id=””]L’huile d’amande douce fonctionnerait bien aussi.[/fusion_tagline_box][/fusion_builder_column][/fusion_builder_row][/fusion_builder_container]


L’été est là et voici la question : Quel combinaison dois-je utiliser ?

Déjà choisir la combinaison en fonction de la température de l’eau.
– Eau chaude supérieur 24° à 28°
Combinaison 3mm à 5mm sans manchon
– Eau tempérée entre 18° et 22°
Combinaison de 5mm avec manchon
– Eau froide inférieur à 14°

Combinaison de 7mm ou semi- étanche
Pour les températures inférieur à 10° il faut adapter l’équipement en conséquence.

Quel taille choisir?
L’important est, qu’elle doit être ajustée, elle doit vous laisser libre de vos mouvements,
ne pas vous oppresser et il faut éviter les espaces important car cela créera
des poches d’eau, difficile à réchauffer.
Essayez plusieurs marques car les tailles diffère en fonction des fabricants et des pays
à qui,ils sont destinés.

Une petite précision, à quoi sert les manchons?
L’eau pénètre dans la combinaison et y circule et donc son renouvellement refroidi
le corps .
Les manchons limitent cette circulation ainsi on se refroidi moins vite, idéale pour
les eaux tempérées.

Si cet été vous avez la chance de vous balader en bateau, faites très attention en voyant des drapeaux à la surface de l’eau, il se peut que vous ne soyez pas seul. Et oui, la mer est fréquentée aussi en dessous. Par des poissons bien sur, mais aussi par des plongeurs. Et comme ceux-ci sont rarement visible préférant très souvent l’eau à l’air libre, il fut décidé en 1969 d’officialiser un pavillon appelé Alpha permettant de signaler les plongeurs en immersion.
Ceci dit, vous pourriez en rencontrer aussi un autre rouge à diagonale blanche beaucoup plus visible, et qui veut dire exactement la même chose : Gardez  vos distances (au moins 100m) et réduisez l’allure.

Par contre, si vous voyez un bras sortir de l’eau en faisant le signe Ok, c’est que là les plongeurs sont censés si situer, juste à côté ou plutôt juste en dessous. Si ce n’est pas le cas n’hésitez pas à prévenir les secours, il se pourrait qu’il y en ait besoin.

D’ailleurs, savez vous pourquoi un plongeur sort en premier le bras en faisant ce signe… Et bien c’est parcequ’il préfère perdre un bras plutôt qu’une tête. Pas bête le plongeur !
Pour être complet vous pourriez aussi voir des drapeaux rouge avec une crois blanche (La croix de St André), mais là ce serait des militaires.