Accessoire de sécurité simple, ressemblant à une grosse saucisse de Strasbourg d’environ 1m20 avec une cordelette de plusieurs mètres attachée sur l’extrémité basse ouverte ; le Parachute de palier en flottant droit comme un i (enfin pour ceux qui y arrive) permet, entre autre, de signaler aux bateaux aux alentours que des plongeurs se trouvent en dessous.

Cette signalisation très efficace dans une mer formée, où une tête de plongeur devient invisible, masquée par la crête des vagues ; ou encore pour suivre une palanquée effectuant sa décompression en dérive dans le courant, est indispensable pour la sécurité depuis 1997 pour les plongeurs à partir du niveau 2 danstoutes les eaux, sauf les carrières.


Les différents modèles

Vous trouverez différents modèles en couleurs Jaune, Orange ou rouge, peu importe, l’essentiel est d’être vu. En ce qui concerne les modèles à soupapes, ils sont plus cher que les modèles courants, mais à ce qu’il parait ne se dégonflent pas en surface pendant que l’on fait le palier (reste encore à voir, jamais essayé). Avec pochette de rangement intégré ou non, un fil plus ou moins long, un mousqueton d’accrochage, etc. Ceci n’est qu’une affaire de gout.

Mais attention au fil vendu avec ce parachute, souvent du fil nylon très léger. Celui-ci à l’air très bien en surface, mais sous l’eau peut s’avérer être votre pire ennemi. S’entortiller autour de votre gilet ou bouteille, faire des noeuds,s’emberlificoter autour de vos jambes. Alors pour éviter cela

 

préférez les cordelettes de canyoning (elles ne flottent pas) d’environ 4 mm de diamètre et d’une longueur de 7 à 8 mètres, c’est largement suffisant (certains préfèrerons 9 à 10 mètres, à vous de voir). Mais surtout fixez à l’extrémité un petit plomb d’environ 300g afin d’aider à tendre la corde et long de façon à pouvoir enrouler la corde autour. Ce sera ainsi plus facile pour dérouler l’ensemble.

Vous verrez aussi certains plongeurs avec un dérouleur accroché à leur gilet, mais attention à bien savoir l’utiliser (ne pas bloquer le déroulage), car vous pourriez vous retrouver propulsé en surface avant même votre parachute.

Son utilisation

Dans l’absolu, L’utilisation d’un parachute de palier est extrêmement simple. Il suffit lors d’un palier de maintenir la ficelle et de le remplir d’un peu d’air par l’une des extrémités (celle faite pour) puis de laisser faire Mariotte (Voir note la compressibilité des gaz) pour qu’il remonte à la surface en se dilatant. Ainsi, si vous exercez une traction suffisante sur la corde, le parachute se redressera et vous signalera efficacement.

Attention cependant à ne pas trop coller une autre palanquée, car 2 parachutes accolés indiquent un incident ou une panne (peut aussi être signalé en secouant énergiquement votre parachute de bas en haut).

Dans la pratique, c’est autre chose. C’est très souvent burlesque. Entre la corde qui s’enroule autour du cou, ou de la bouteille. Les nœuds qui se forment tout seuls avec la ficelle d’origine, le papier de soie qui enveloppait le parachute tout neuf qui s’éparpille de toute part (dédicace pour Fred), le plomb mal attaché qui tombe sur la tête du binôme, etc, etc…

Alors la méthode suivante n’est pas la seule, mais devrait au moins vous permettre de ne pas partir comme une fusée dès le gonflage du parachute (celui-ci n’ayant pas pour rôle de vous remonter) :

Arrivé à 5-6 m, déroulez soigneusement le fil ainsi que le parachute (à la surface, on évite de faire des nœuds à la c… impossibles à défaire sous l’eau). Ensuite, prenez votre octopus et faite le fuser très légèrement par impulsion courte, afin de juste redresses le parachute, en même temps qu’expirer (afin de rester en équilibre).

Purgez légèrement votre gilet stabilisateur afin de ne pas remonter avec le parachute.

Une fois un peu alourdi, propulsez de l’air dans le parachute en le maintenant fermement. Mais surtout une fois un peu gonflé (un peu plus de la moitié), laissez le partir en laissant glisser la corde dans la main. l’air en se dilatant occupera un volume suffisant dans l’enveloppe et se fera dresser fièrement votre parachute.

Il ne reste plus qu’à faire votre palier de principe, tout en effectuant une traction sur le fil afin de bien dresser le parachute au-dessus de la surface.

En surface

Voilà, vous êtes remonté…En remontant sur le bateau, attention à ne pas prendre le fil dans l’hélice du bateau. Vous le rangerez après séchage complet et de temps en temps après avoir passé un fongicide afin d’éviter la formation de moisissures. Le parachute doit être soigneusement rangé, roulé sur lui même, le fil enroulé autour du plomb (ou du parachute). Dans certains cas, un mousqueton permet de l’accrocher au gilet mais il vaut mieux le glisser dans une poche.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>